Position de Monsieur Bissaga, préfet du département de l’océan, sur la coopération décentralisée entre Kribi et Ouistreham

Je me félicite de ce projet qui entend mettre l’homme au cœur de l’action en ne voulant rien imposer.

Chacun vient avec sa propre culture et c’est dans la complémentarité de ces cultures et de ces échanges qu’on avance en s’acceptant avec ses différences.

Il n’y a pas, en effet de schéma type idéal venant de personnes qui prétendraient détenir la vérité. Il faut donc faire prévaloir le juste jugement et pour cela la bonne façon d’agir est de mettre nos apports respectifs en commun pour construire un édifice solide.

On ne construit rien sans l’acceptation des différences et le projet que vous menez répond bien à cette vision que l’on peut avoir des complémentarités dans le cadre de la coopération technique.

Dans ce projet, les habitants de Ouistreham comme ceux de Kribi et de leurs environs ont d’une part à apporter leurs contributions avec leur savoir faire et leur culture différents et d’autre part à tirer profit de ces échanges sur le plan culturel, économique et social.

C’est un projet qui s’inscrit dans le droit fil du développement durable humain et dans les objectifs définis par la communauté internationale et notamment ceux du millénaire. C’est comme cela que je vois, en tant que Préfet représentant le gouvernement, la coopération internationale tout comme celle décentralisée.